Continent fait de plaines  et de collines dont l’ancienne capitale est Luciden, fief de la magie. Le delta de Brasilios vient se jeter sous ses ponts prenant sa source au lac de Maquitanne. De Luciden dépendent les îles Sylhen, Anidar et Davalia.

La ville comprend un port et une construction faite de grands ponts  traversant la cité de part en part. Cette dernière est circulaire, elle est constituée de plusieurs anneaux, de terre et d’eau avec en son centre le palais et un jardin. C’est une succession  de terre et d’eau, reliée par des petits ponts.

Chaque habitation est indépendante, les maisons sont décorées de poutres de bois sculptées  en forme de poissons et les murs sont peints en bleu. Les volets sont blancs, et les rues se jalonnent dans une ambiance médiévale. La cité commerce beaucoup le poisson et fourrure avec les Hautes Terres de Farées.

Le blason d’Erion est un arbre couronné d’une lueur céleste : celui-ci symbolise en rappel à la forêt de Sylboria, l’univers possible des réalités parallèles, ainsi que les origines multiples. Ceci est étudié à l’école de magie dans la philosophie élémentaire.  Par derrière l’arbre on peut apercevoir le lac de Maquitanne.  Lac réputé pour ses bonnes prises de poissons d’eau douce.

La main de la déesse Faryonne, choisit par le peuple, dispose de son habitation dans la forêt de Sylboria.  Léopold II assure  le règne le plus long de l’histoire  aux côtés de son épouse, Habbara et de son fils, Amael.  Le grand prêtre de Calev, Zirbadem est conseiller du roi.

Le haut lieu de la magie comprend une grande école, près du palais royal, où les apprentis développent leur aura grâce à la philosophie élémentaire et aux techniques de magie.  Les artistes sont nombreux à se représenter sur les rues pavées, on entend souvent de la musique, on voit souvent des peintres dessinateurs ou même des représentations théâtrales.

La guerre qui fait rage divise Erion en deux parties : au nord gît la bannière du Tigre noir, dont la révolte est dirigée par Morel, ancien chef des armées de Léopold II. Le sud brandit la bannière du Serpent rouge, menée par Zirbadem.

Zirbadem a installé des réformes politiques et religieuses dans le royaume, en substituant le culte de Faryonne à celui d’un dieu unique qui n’a pas de nom.

Les castes à Luciden sont très simples : il y a le peuple tout en bas, les soldats, les artistes et les artisans, le conseiller du roi, la famille royale et tout en haut, la main de la déesse. Zirbadem a fait expatrier celle ci dans une demeure dans la forêt de Sylboria. La main est élue par le peuple, sous l’appui des dieux. Cette nomination est d’autant plus importante qu’il signifie que les dieux ont passés un pacte à juste égalité avec les quateriens. Il en fut et sera toujours ainsi. Mais certains sorciers, s’inspirant des esprits démoniaques et du côté sombre de Brasacar ont des connaissances interdites et parviennent parfois à dépasser le pouvoir d’une main.

Parmi les ressources on trouve la rue fétide.

La taverne du Loir chapeautant

Lieu de prédilection pour les réunions de résistants, cachée par la venue massive des artistes et des gens du peuple. On y serre la bière de Sylboria, spécialité de la région.

Cette dernière est  gérée par les frères Tébocher, dont Barnot, l’un des frères est un ancien soldat de la garde royale,  amputé de son pied gauche, il a dû quitter les troupes pour se ranger avec son frère et crée la taverne.

La taverne est un ancien abattoir familial mais les frères Tébocher ne voulaient reprendre l’affaire car

Ce lieu a servi lors d’un procès à la pendaison de centaines de personnes.  Une pierre située à  droite de l’entrée, ornée de fleurs, reprend les noms des victimes.